Analyse de l'Epigramme de Jean Brasseur

Sur le flanc sud de l'Eglise, face à la Mairie, une curieuse plaque attire le regard du passant. Jusqu'au XIXè siècle se trouvait encore le cimetière tout autour de l'Eglise, seul subsiste aujourd'hui ce fascinant épigramme en latin.

En voici la retranscription:

M. ioannis brasseur gymnasiarchae neopagensis
epigramma
Qui solitus ferulam pueris vibrare tremendam
Hoc clausus tumulo sum sinis ossa nihil
Consortem thalami lustro decies - revoluto
Criminis expertem vivus ego obtinui
Matronale decus mihi fata dederunt
Suspice quisquis ades fer pia vota vale
Resquiescant in pace amen
Obiit kal april 1432 ante pasca

Cette épitaphe a plusieurs fois été traduite, mais les divergences en ce qui concerne sa retranscription ainsi que sa traduction nécessitent qu'on s'y attarde.

La première ligne donne trois indications:

  • le nom du défunt:

Il s'agit de Jean Brasseur (et non Brassart comme on voit dans certains ouvrages),

  • sa profession :

Il y est indiqué comme étant gymnasiarque; même si littéralement, il faudrait comprendre "responsable du gymnase", ce terme désignait autrefois le maître d'école.

  • son origine:

Sans surprise, il est évidemment neuvillois mais le terme "neopagensis" pour le désigner est tout à fait inédit et surprenant pour désigner la Neuville-en-Hez (qu'on désignait généralement Nova Villa en latin). Ce terme formé de "neo" et "pagus" n'est surement pas anodin et mérite d'être relevé.

La troisième ligne "qui solitus ferulam pueris vibrare tremendam" a donné lieu à nombre de retranscriptions différentes, certains y lisant "tantam" en lieu et place de ce qui ressemble à "ferulam" : la baguette punitive brandie par les maîtres d'école.

L'analyse latine de cette phrase m'est plutôt complexe de par sa structure. Le fait que "tremendam" ne soit pas à côté de "ferulam" incite à penser que les mots "pueris" et "vibrare" ont été inversés par le graveur.

A la cinquième ligne, dans l'expression "lustro decies" (10 lustres), il faut tenir compte qu'un lustre latin dure cinq ans.

Pour ce qui concerne la date, le fait qu'il soit mentionné "ante pasca" (avant Pâques) indique que le changement d'année s'opérait à l'époque à la date de Pâques comme il en était coutume. Il faut donc rajouter une année au nombre inscrit qui semble être 1432. Les calendes désignant le premier jour du mois, la date est donc le 1er avril 1433.

Voici donc la traduction ainsi obtenue:

Epigramme de M. Jean Brasseur, maître d'école neuvillois

Habitué à brandir la férule rédoutée des enfants,
Désormais enfermé dans ce tombeau, je suis cendre, os, néant.

Je reçus, de mon vivant, celle qui partagea mon lit
Exempte de reproche, dix lustres accomplis;

C'est l'honneur de ma femme que le destin m'offrit.

Elève le regard, qui que tu sois,
transmets mes ferventes prières. Porte-toi bien.

Reposez en paix. Amen

Il mourut le 1er avril 1433.






Une photo au hasard

Une cabane de bûcherons
Une cabane de bûcherons

Faites vivre ce site

Si vous possédez des cartes postales, des photos, des textes, des anecdotes, des éléments historiques ou des actualités à nous faire partager, écrivez-nous! contact@la-neuville-en-hez.net

S'abonner à la newsletter

Recevez les informations concernant la vie du site et du village:

E-Mail:
M'inscrire!

Le Courrier Picard

Identification

 OK
© La-Neuville-en-Hez.Net - Site Internet des habitants de la Neuville-en-Hez