Témoignage: l'école Ménagère de la Neuville-en-Hez

Le hasard des rencontres m'a amené à rencontrer Micheline Rau qui passa trois mois pendant la guerre dans la Villa des Tilleuls à la Neuville-en-Hez, autrefois occupée par l'école ménagère. En voici son témoignage...

Mes souvenirs de La Neuville-en-Hez
par Micheline RAU-DIAQUIN, institutrice retraitée à Arras ( Pas-de-Calais )

En 1940, les Ecoles Normales furent réformées par le gouvernement de Vichy. A cause de l'évacuation, nous n'avions pu passer le concours d'entrée. Le concours fut assez spécial ; foin de nos études littéraires ! Il fut remis à octobre 1940 ; le sujet de français fut : "La France nouvelle demande des citoyens nouveaux, animés d'un esprit nouveau". Il nous interloqua... Mais l'Ecole Normale étant occupée par les Allemands, on envoya toute la promotion au Lycée. Pour moi, le Lycée de Jeunes Filles d'Amiens. Nous y passâmes - avec les Lycéennes auxquelles nous étions mélangées - les deux bacs ; on nous imposa une quatrième année ainsi décomposée : un trimestre dans un Institut de formation ( l'I.F.P.I . de Laon ), un second dans une classe unique ( pour moi celle de Fluy dans la Somme ), un autre en éducation physique ( c'était à Roubaix ), mais pour moi ce fut dans une Ecole Ménagère Agricole, à La Neuville-en-Hez , dans l'Oise . Ce système avait réussi à briser l'esprit "Ecole Normale", républicain et laïque, car la promotion était dispersée, dans le lieu et dans le temps. Cinq d'entre nous étaient à la Neuville avec quelques filles de l'Oise ; à Laon c'était avec des filles de l'Aisne. J'étais avec Christiane Piot et Janine Bardoux pendant quatre ans ; notre amitié a duré toute la vie.

Ce stage à La Neuville, dans une grande maison de maître à l'angle de la rue principale et de la route nationale, m'a beaucoup plu. Nous vivions pour ainsi dire en autarcie : nous avions un potager, un verger, un élevage de lapins ; nous avons commencé en Avril 1944 et bénéficié du printemps. Nous travaillions beaucoup à l'extérieur ; ce type d'école nous était nouveau et agréable. On nous apprenait à faire le ménage, la lessive, le repassage, la cuisine et la pâtisserie, la couture et le raccommodage ; ce qui nous plaisait le plus était la laiterie ; tous les soirs nous y allions, "pesions" le lait, récoltions la crème, vérifiions la température avant d'ensemencer en présure le caillé qui servirait à faire le fromage ( genre port-salut ). Avec la crème nous faisions notre beurre à l'aide de la baratte à main , quand le degré d'acidité ( pH ) était bon .J'ai gardé tout un cahier sur les fromages. Il y avait aussi une grande remise, où on nous apprit à tanner les peaux de lapin ; c'était peu agréable d' "écharner" les peaux et de les tremper dans un bain d'alun ; j'en avais la piquette. Mais cela nous permit de confectionner des moufles pour l'hiver suivant, qui fut très rude. Nous avions aussi un muret couvert de vigne, où on nous donna une leçon de taille. Nous n'avions pas à traire les vaches, mais on nous avait appris la technique de traite ( "en croix" )

Le directeur des graines Clause vint nous faire un cours sur les engrais. Bref, nous étions prêtes à vivre notre premier poste à la campagne, en classe unique, en étant secrétaire de mairie, et aptes à discuter avec des cultivateurs.

Le curé nous invita à l'assister pour la récolte d'un essaim d'abeilles. Il nous avait déjà familiarisées avec les ruches. Nous avions donc écouté le chant spécial d'une ruche qui va essaimer ; nous n'avions pas de masques, mais les cheveux enserrés dans un foulard. La consigne : ne faire aucun geste si une abeille se pose sur vous. Elle ne vous piquera pas, car elle y laisserait son aiguillon et en mourrait. Et voilà que, attirées par les miroitements d'une glace vers un arbre où pendait une ruche primaire, les abeilles sortent en tourbillon, serrées autour d'une reine, et se posent sur l'arbre. Quelques égarées se posent sur nous, qui restons parfaitement immobiles, et nous quittent assez vite. Mais une "exploratrice" se pose sur le visage de Janine, près de ses cils. Je surveille, anxieuse, "Surtout ne bouge pas les paupières !". Enfin la curieuse s'envole. Une camarade fut pourtant piquée ; le brave curé l'a aussitôt soignée avec son remède : de l'essence de souci des champs, qui se montra très efficace.

Quand on ouvrait les ruches, on les enfumait avec du carton ondulé, brûlé dans un soufflet et cela rendait les abeilles inoffensives, à moitié endormies. On comprend que certains instituteurs de campagne aient pris goût à aménager deux ou trois ruches au fond de leur jardin.

Mais le souvenir le plus marquant de La Neuville fut sans conteste le soir qui précéda le débarquement des Alliés en Normandie. Ce soir là, notre Directrice ne partagea pas notre souper. Elle s'enferma dans sa chambre, nous conseillant d'en faire autant. Vaisselle terminée, nous avons bavardé et chanté, puis avons regagné nos chambres où nous étions par groupes de trois. La nuit venue, il fallait éviter les rais lumineux, c'était pour tous le "black out". Ma voisine me dit : "La Directrice écoute la radio anglaise, je vais aller écouter à sa porte". Evidemment c'était interdit. Ma camarade avait reconnu le brouillage caractéristique.

Nous nous sommes couchées. Et soudain un bruit continu nous a réveillées. Des éclairs entrèrent dans la chambre ; nous nous sommes mises à genoux aux fenêtres, risquant un œil…Le spectacle était sidérant : un convoi de tanks à croix gammée, hauts comme les maisons, dardait d'énormes canons ( les célèbres "Panzer Tiger" ? ). Il venait de la route, tournait vers la rue principale, écornant presque l'angle de la maison. Enfin le calme revint, nous laissant à nos appréhensions…Que signifiait cela ?

Le lendemain matin 6 juin, tout le monde était encore "chamboulé". La Directrice distribua les tâches et rentra dans sa chambre. Janine et moi passions notre examen de laiterie, qui consistait à faire du beurre. Il faisait beau ; nous installons la baratte dans la cour. Chacune à notre tour, nous tournions la manivelle et surveillions l'intérieur par le petit hublot. Une camarade arrive en courant, toute rouge, criant : "ILS ont débarqué !!!" et dansant sur place. Notre cœur cognait fort…était-ce possible ? Ce moment tant espéré ! Nous nous réjouissons ensemble….et retournons à la baratte abandonnée. Un grand coup de manivelle de Janine… et floc !!! tout le contenu s'échappe sur le ciment de la cour ! Dans notre émotion nous avions mal refermé le couvercle.. Un coup d'œil aux alentours, et tant bien que mal, nous avons ramassé à la petite cuiller les flocons déjà formés, les avons lavés.. il y avait beaucoup de perte et le beurre n'avait pas bonne mine ! Mais personne n'est venu vérifier ; l'agitation était intense.

On nous annonça après le repas qu'il faudrait rentrer chez nous ! Il n'y avait plus bien sûr ni courrier ni téléphone, ni de moyens de transport. Les filles de l'Oise décidèrent de prendre la route ; je vois encore cette fille me faisant adieu de la main, les chaussures ( à semelle de bois ) sur l'épaule, marchant avec d'autres sur le bas-côté herbeux ; elle habitait à Méru.

Restaient les filles de la Somme ; impossible de téléphoner à la mini-poste. Nous sommes restées plusieurs jours avec la Directrice, très sympathique ; elle cherchait pour nous un moyen de transport. Enfin un conducteur de camionnette accepta de nous conduire à Amiens ; entassées à l'arrière et par des routes calmes, voire à travers champs, nous déposâmes les deux autres dans leur village et arrivâmes à Amiens, Christiane, Janine et moi. Au pont Lemerchier, je rencontrai un collègue de Papa : "Que fais-tu là ? Tes parents sont inquiets. Le quartier Saint-Honoré a été bombardé cette nuit ! Pas le tien…" Ai-je besoin de dire le soulagement de tous quand je sonnai à la porte ?

Je ne sais plus le nom du curé de La Neuville ; mais c'était un très brave homme : nous étions encore dans l'inquiétude, quand ce fut le dimanche des communions…Bien que nous ne soyons pas allées à l'église, il nous apporta de la brioche et un beau rayon de miel, à sucer à même la cire… délicieux ! et son bon sourire soutenait notre moral…Nous sortions peu dans le village, et je n'en ai pas un souvenir précis. Le dimanche nous préférions profiter de la belle forêt, où nous avons croisé un jour un paisible sanglier, et cueilli des quantités de muguet le 1er Mai !

Tous mes remerciements à Madame Rau et son mari qui à 88 ans a saisi ce texte sur son ordinateur. J'espère que ce témoignage vous donnera envie de me transmettre le vôtre ou celui de vos proches, qui, même s'ils sont plus récents serviront aux générations futures...





Une photo au hasard

Le stade et la route de Clermont
Le stade et la route de Clermont

Faites vivre ce site

Si vous possédez des cartes postales, des photos, des textes, des anecdotes, des éléments historiques ou des actualités à nous faire partager, écrivez-nous! contact@la-neuville-en-hez.net

S'abonner à la newsletter

Recevez les informations concernant la vie du site et du village:

E-Mail:
M'inscrire!

Le Courrier Picard

Identification

 OK
© La-Neuville-en-Hez.Net - Site Internet des habitants de la Neuville-en-Hez